Bonjour tout le monde ! Je reviens ici avec un article qui change carrément de ce que je vous propose d’habitude, mais j’ai vraiment envie de vous partager de plus en plus de conseils et d’astuces, sur des sujets variés qui pourraient vous intéresser. Nous sommes en fin d’année donc je pense que quelques personnes parmi vous ont à écrire un mémoire. J’ai écrit mon mémoire il y a un an maintenant, et je dois avouer que ce n’était pas si horrible que ça ! Peut-être que ça vient du faire que je suis une littéraire ou que j’adore écrire, mais je voulais vous partager les petites astuces que j’ai mises en place pendant l’écriture de ce mémoire et qui ont vraiment fonctionné pour moi.

 

 

 

Etre organisé(e)

Je commence avec une astuce bateau, mais franchement si il y a un seul conseil que vous devriez retenir c’est celui-ci. Ecrire un mémoire demande à mon sens une bonne dose d’organisation ! Vous allez voir que les astuces que je vous partage ensuite participent à la mise en place d’une bonne organisation. Pour écrire un bon mémoire, il faut être rigoureux, organisé dans ses recherches, pourquoi pas faire des fiches, trier ses fichiers, garder des notes claires… En bref, plus on s’éparpille et plus on perd du temps précieux qui soit nous amènera à rendre un texte moins bon, soit à y passer encore plus de temps, ce qu’on essaye d’éviter. Pour être organisé à la perfection, voici les petits indispensables que j’avais toujours à porté de main :

 

  • Des feuilles de brouillon ou un carnet dédié à notre mémoire, pour ne pas s’éparpiller
  • Des stylos de préférence de couleurs et des stabilos pour trier l’information
  • Des posts-its (toujours super utiles)
  • Un dossier dans l’ordinateur bien rangé et dédié à notre mémoire
  • Un rétroplanning

 

Faire un rétroplanning

En parlant de rétro planning, il est super important d’en mettre un en place pour éviter de perdre du temps. Vous avez forcément une échéance, l’idée est de découper le temps qui nous est donné pour l’utiliser de la manière la plus productive possible. Dans le rétro planning on aura donc :

  • La date butoire
  • La rédaction du plan
  • La phase de recherche
  • La phase d’écriture
  • La phase de relecture
  • La recherche de contenus visuels et éléments annexes nécessaires à la mise en page
  • La phase de mise en page

Je trouve que le rétro planning est indispensable. Pour vous donner un ordre d’idée, j’avais deux mois environ pour écrire mon mémoire. J’ai consacré trois semaines à un mois à la phase de recherches incluant aussi la rédaction d’un plan clair, avec validation de mes profs. Cette phase englobait aussi la recherche de contenus annexes pour la mise en page de mon mémoire. Je me suis ensuite donné trois semaines pour écrire la totalité du mémoire, et je me donnais les après-midis pour compléter mes recherches si besoin (vous comprendrez par la suite). J’ai relu mon mémoire pendant deux jours environ avant de me donner une bonne semaine de mise en page, sachant que c’était limite la partie la plus importante pour moi, étant en graphisme. Tout s’est bien déroulé et la mise en place de ce rétroplanning m’a permis de DÉSTRESSER et d’aborder ce mémoire sereinement. 

 

 

 

Partir avec un plan clair

Bon, commençons par le commencement, le plan. Pour ce qui est de mon plan, je l’ai modifié au fur et à mesure des recherches que j’effectuaient, qui m’ont donné envie d’aborder tel ou tel sujet. Je pense que votre école ou Fac vous donnera une idée du plan qu’ils attendent. Dans mon cas, mon plan était constitué de :

  • 2 grandes parties
  • 2 ou 3 sous-parties par parties
  • de 3 à 5 sous-sous parties par sous parties
  • d’une introduction
  • d’une conclusion

Pensez-donc que votre plan doit-être clair, que chaque grande partie doit englober un sujet précis. Pour que vous ayez une petit idée, je vous partage mon plan de première partie, qui j’espère rendra la chose un peu plus claire ! Mais vous pouvez aussi aller voir plein d’articles sur Internet ou des vidéos Youtube qui montrent comment faire un plan. Ayez en tête que le contenu doit-être structuré au maximum !

 

Découper les phases de recherches

Pour ce qui est de la phase de recherche, une fois qu’on a notre plan, ça vient tout seul ! Je vous conseille de dédier trois jours à des recherches “globales” sur le sujet, moi qui travaillait par exemple sur le Made in France, j’ai pendant ces trois jours cherché l’origine du terme, l’histoire du Made in France, sa place dans le marché français aujourd’hui, tout ce qui pouvait me permettre de mieux comprendre mon sujet par la suite (labels, définitions…).

Ensuite, découpez vos phases de recherche, passez par exemple trois jours sur les recherches pour la partie une, puis trois autres jours sur la deuxième partie. L’idée est aussi de compléter les précédentes recherches si vous tombez sur une information intéressante au cours de recherches sur un autre sujet.

 

Scinder le tout en plusieurs catégories / fichiers

Alors là, encore un des meilleurs conseils que je peux vous donner, scindez le tout en plusieurs catégories et dossiers. Pendant mes phases de recherches, j’avais sur mon ordinateur un dossier pour les recherches, et dans ce dossier un sous-dossier pour chaque sous partie, avec une couleur attribuée à chaque partie. C’est déjà une première étape, comme ça à chaque fois que vous trouvez un document intéressant sur la partie, enregistrez la page web dans le dossier correspondant. C’est un gain de temps incroyable quand on recherche une information précise par la suite !

Ensuite, je vous conseille de créer un document word ou pages pour chaque sous partie, et d’y copier/coller chaque information importante. Vous pouvez aussi créer un document que j’appellerais “divers” dans lequel vous collerez les informations que vous ne savez pas où ranger mais qui vous seront certainement utiles par la suite.

 

Trier

Arrive donc la grande phase : DU TRI. Et là, croyez-moi, vous serez bien heureux d’avoir eu ces différents dossiers et pages attribués à chaque partie. Attribuez une couleur à chaque partie, sous partie, prenez votre courage à deux mains et triez.

Surlignez chaque point pertinent pour une partie dans sa couleur correspondante, prenez des notes, et vous verrez qu’en procédant comme ça, l’information se trie toute seule et le plan devient de plus en plus clair. 

 

 

 

On rentre dans la phase d’écriture, celle qui vous paraîtra certainement la plus compliquée. Mais je vous promet que le travail de recherches en amont si il a été bien fait facilitera grandement cette tâche. Pour mon exemple, j’avais donc une page par sous-partie, dans laquelle j’avais trié les informations par couleurs. Et bien je n’ai eu qu’à reprendre ce document et à écrire autour de ces informations, en ré-écrivant et reformulant bien entendu les textes que j’avais trouvé (surtout pas de copié-collé). Quelques conseils pour se faciliter encore plus la tâche :

 

Trouver son horaire de concentration et y dédier l’écriture

Je vous en avais parlé dans mon article Mon organisation au quotidien, mais c’est un des premiers conseils que je donnerais à n’importe qui : trouvez votre horaire de productivité. Je sais que je suis plus productive le matin. Pendant ma phase d’écriture, j’étais donc chaque matin à mon ordinateur à 8h30 et j’écrivais. L’après-midi, je faisais autre chose ou je complètais mes recherches, je savais que je ne pouvais pas écrire dans cette période de la journée sous peine d’écrire n’importe quoi. En plus, je savais en me levant chaque matin que j’allais dédier quatre heures à l’écriture de mon mémoire et qu’ensuite je passerais à autre chose. Et ça parait vraiment moins insurmontable dans ce sens que quand on imaginerait y passer la journée. D’autant plus que dans votre période de productivité, vous écrirez surement de manière plus rapide et plus pertinente, donc vous serez plus vite délesté de cette tâche.

Testez plusieurs horaires et décelez votre période de productivité ! 

 

55 minutes 15 minutes

Bon, chacun fera comme il le sent pour ce conseil, mais je crois que le pire dans l’écriture d’un mémoire, c’est la distraction, encore plus si on le fait de chez soi. Donc, j’ai mis en place la méthode Pomodoro, cette méthode qui consiste à découper son heure en période de travail et en pause. Je mettais mon téléphone en mode avion pour 55 minutes, et quand il sonnait, je prenais un quart d’heure de pause pour m’aérer l’esprit. Et ça fonctionnait super bien ! J’étais vraiment productive comme ça, et ce qui est étonnant est que je revenais parfois à mon ordi après 10 minutes tellement je bouillonnait d’idées. Vous pouvez aussi faire 25 minutes/5 minutes, encore une fois, trouvez ce qui vous convient !

 

Prendre son temps

Vous allez vous dire que ce point est complètement en contradiction avec le reste de mes conseils, mais il est important de prendre son temps, vraiment. Ne forcez pas, si vous êtes bien organisé comme je vous le recommande et que vous avez bien fait votre rétro-planning, si un jour vous n’avez pas la tête à ça, prenez du temps. Quand on se force pour ce genre de tâche, on a tendance à mal la faire et donc à perdre du temps par la suite. Si un matin vous sentez que l’écriture ne vient pas, passez à une phase de recherche. Si vous sentez que ce n’est pas votre journée, faites carrément autre chose. Bon attention, je ne vous dis pas de procrastiner tous les jours, mais de temps en temps, si vous sentez le besoin de prendre un temps off, faites-le, vous n’en serez que plus productif par la suite.

 

Mettre en place la bibliographie au fur et à mesure

On vous demandera certainement une bibliographie, donc la source directe de chaque recherche que vous avez effectuée et que vous citerez dans votre mémoire. Deux conseils pour ne pas vous prendre la tête sur cette partie, il faut l’avouer, assez pénible :

  • Gardez des traces de CHAQUE RECHERCHE et la source, et inscrivez-là entre parenthèses après la rédaction d’un paragraphe faisant appel à cette source. Vous supprimerez cette parenthèse pendant la phase de relecture, mais je vous assure que ça vous aidera à ne pas fouiller tous vos documents pour retrouver la source de ce petit paragraphe. 
  • Encore mieux : rédigez la bibliographie au fur et à mesure. Prenez simplement un document et inscrivez le nom des sous-parties et des sous-sous-parties et rangez directement la source du paragraphe dans la partie correspondante. Vous n’aurez ensuite plus qu’à compléter avec le nombre de la page lors de la mise en page. Super simple et encore une fois un gain de temps.

 

Faire relire à quelqu’un

Dernière phase et pas des moindre : faites relire ! Commencez par relire vous-même, et faites ensuite relire à quelqu’un. Parfois, quand on a la tête dans le guidon, nos tournures de phrases ne sont pas bien, on connait tellement notre sujet qu’il pourrait parfois être mal expliqué et peu clair pour une personne qui n’y connaîtrait rien, et surtout, une tierce personne pourra corriger nos fautes d’orthographe. Une étape indispensable !

 

 

Je ne vous donne pas de conseil sur la mise en page de votre mémoire, je pense que chacun doit s’approprier cette partie plus personnelle. Mais par contre, n’hésitez pas pendant votre phase de recherche de documents annexes à ranger les photos et autres éléments nécessaires à votre mise en page directement dans le dossier correspondant (organisation !). Voilà, s’en est tout pour mes conseils. La liste n’est pas exhaustive et finalement cette phase d’écriture du mémoire reste personnelle, l’important est de trouver ce qui fonctionne pour VOUS ! Et de vous faire confiance surtout ! Ils ont vraiment bien fonctionné pour moi 🙂 J’espère quand même que ces conseils vous auront été utiles, et si vous avez des questions n’hésitez pas à me les poser en commentaires ou sur Instagram. En attendant, je vous souhaite bonne chance pour la rédaction de ce mémoire, vous pouvez le faire ! Des bisous

 

 

 

 

 

 

2 Comments

  1. Merci pour cet article qui je pense, sera utile à bien des personnes en ce moment ou dans les mois futurs !
    Toujours des articles très inspirants et qui respirent la bonne humeur et le positif !
    Continue comme ça ma petite Mo’, c’est super !

    Ps: On se fera bientôt un Paris baskets hihi.

    1. Hehe merci de ton gentil commentaire ! J’espère que cet article t’aidera surtout 🙂 Oui bien sûr, dès qu’on le peut on se fait un paris baskets, sur !! Bisous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.